Croyances religieuses endogènes et développement en Afrique Sub Saharienne

Sahawal Alidou et Marijke Verpoorten
Analysis and policy brief 38

Malgré des avancées notables au cours des deux dernières décennies, l’Afrique Sub Saharienne continue d’afficher un retard important en matière de développement humain par rapport au reste du monde. Par exemple, la santé infantile, l’éducation et l’autonomie des femmes restent des préoccupations majeures dans cette région, et ce en dépit d’importants investissements consentis par les pays, souvent avec l’appui des partenaires au développement.

Cette situation suggère entre autres qu’au-delà des déterminants classiques (infrastructures, accessibilité physique et financière, qualité des prestations, niveau d’éducation, etc.) qui ont jusque-là focalisé l’attention des différents acteurs, d’autres facteurs interviennent dans les processus de décision des ménages en ce qui concerne la santé, l’éducation, les rapports de genre et les autres dimensions du développement. Au titre de ces facteurs, figurent notamment les croyances et normes sociales qui continuent d’influencer les comportements des individus au sein de leur communauté.

La présente note de politique est basée sur de récents travaux de recherches examinant l’impact des croyances religieuses endogènes sur le développement en Afrique Sub Saharienne, spécifiquement sur la santé infantile et l’autonomisation des femmes.

Télécharger la publication ici