Cristina Pelà

Cristina PelàRESEARCH FIELD: French-speaking Literature, Negritude, Guiana

Titulaire d'une licence et d'une maîtrise en langues modernes (français et anglais) de l’Université de Padoue (Italie), Cristina Pelà prépare un doctorat en cotutelle avec le Prof. Jean-Pol Madou (Université de Grenoble) et la Prof. Kathleen Gyssels (Université d’Anvers).

La thèse traitera du poète et écrivain franco-guyanais Léon-Gontran Damas (1912-1978), cofondateur du mouvement de la négritude avec Léopold Sédar Senghor et Aimé Césaire. Méconnu par rapport à ses deux confrères, Damas joue pourtant un rôle-clé dans la réhabilitation de la race, classe et « gender » nègres dans la société (post)coloniale française. Ami de grands intellectuels dans la scène nationale et internationale (e.g. Robert Desnos, Langston Hughes), Damas met à nu l'âme profondément rebelle de ce nègre marron du 20e siècle. A travers une analyse de Dernière escale, il s’agira de montrer dans une première partie la réception de la poésie de Damas en France et dans la Caraïbe, en Afrique. Ensuite, nous nous pencherons sur les frappantes continuités avec les recueils antérieurs, et dans quelle mesure l’inédit est traversé de nombreux échos à une carrière tant politique qu’ethnologique avortée. L’auto-ethnographie damassienne est ainsi revisitée et réhabilitée, à l’heure où sa poésie est ressuscitée devant l’Assemblée dans la voix de l’icône de la gauche française, Christiane Taubira, luttant pour une République « indivisible et une ».

Publication en cours

« Entre traduction et réception : Damas et l’Italie » dans les Actes du Colloque Léon Damas : l’homme et l’œuvre

Communications

 « Damas et l’Italie » pendant le colloque Léon Damas : l’homme et l’œuvre, qui a eu lieu le 19 octobre 2012 à Paris.