General Info

This study collects data on student well-being during the COVID-19 epidemic. Data is collected in 27 European and North-American countries, as well as in South-Africa. Please contact sarah.vandevelde@uantwerpen.be or veerle.buffel@uantwerpen.be for more information.

Concise study protocol:

The COVID-19 outbreak has had a significant impact on the health and well-being of the general population in all countries affected by the epidemic. Nations and national health care systems nonetheless differ significantly in their responses to this COVID-19 outbreak, in terms of (1) the types of protective measures that were implemented, (2) the speed at which these measures were implemented, and (3) the way the general population was informed about these measures and/or penalized in case these protective measures were not respected. We know from research on past epidemics (e.g., the SARS outbreak) that the health and social impact of such an epidemic is severe in the general population (Brooks et al., 2020).

In the current study, we intend to focus on the impact of the COVID-19 outbreak on the student population in higher education. To our surprise, only a handful of studies has examined the impact of previous epidemics on this subpopulation (Wong, Gao, & Tam, 2007). A focus on this subpopulation is nonetheless valuable because this subpopulation is impacted the current COVID-19 outbreak in a unique way as they are confronted with university-level measures on top of the general national measures (social distancing, lockdown, etc.). For example, in Belgium, several measures were implemented at the level of the higher education institution. First, the COVID-19 outbreak has resulted in rapid changes in teaching methods: lectures are no longer taught in real life but are mainly organized online, face-to-face meetings between lecturers and students mostly take place online as well, and many other measures were implemented to guarantee social distancing (e.g., cancellation of internship, the prohibition of qualitative face-to-face interviewing, etc.). In addition, many students moved back home due to the social distancing restrictions or currently live isolated in their student home. Most students were prohibited from performing paid student jobs. On top of this, students went through periods of uncertainty, because measures by the higher education institution were implemented step by step (e.g., how exams will be organized, how the master thesis will be finalized).

Research questions

The current research team hypothesizes that the national and university-level measures significantly impact the well-being of university students. In line with the social stress model (Pearlin, 1989), as well as with the framework of the study “the psychological impact of a quarantine”, that recently published in The Lancet (Brooks et al., 2020), the current study intends to identify how the COVID-19 outbreak relates to students’ well-being. This general research aim is translated into the following research objectives:
 

RO 1: Assess how the living conditions (physical and SES) (1) and workload (2) of higher-education students changed during the COVID-19 outbreak.

RO 2: Assess how the changes in (1) and (2) relate to stress levels (3) among higher education students during the COVID-19 outbreak.

RO 3: Assess how the changes in (1), (2), and (3) relate to well-being, mental health, and health behavior in higher education students during the COVID-19 outbreak.

RO 4: Assess how the associations described in RO 3 are mediated by stressors (fear of infection, boredom, frustration, inadequate information, etc.), social support, and COVID-19 knowledge.

RO 5: Assess the variation in well-being and mental health among higher-education students across participating higher-education institutions and countries.

RO 5: Assess how the cross-institution and cross-country variation in well-being and mental health in higher education students can be related to varying (a) levels of higher-education and (2) national policy contexts.

Who can participate?

You can participate in this online survey if …

  • You are a University student.
  • You are 18 years or older.

What is the topic of this survey?

This survey contains questions about changes in your living conditions due to the COVID-19 outbreak and about your health and well-being.

Why am I being invited to fill out the survey?

With this study we want to assess how the COVID-19 outbreak has an impact on your well-being as a university student.

How does it take to fill out the survey?

Most students need about 10 minutes of their time to fill out the survey. However, you can stop at any moment, and your participation is completely voluntary. However, you won't be able to return to the survey once you logged off.

Why would I participate in this study?

The COVID-19 outbreak had a huge impact on university life. Many students may experience stress because of the protective measures that were implemented. The outbreak perhaps also had a significant impact on your life (where you live, who you are able to meet in real life, how you can make a living, etc.). With this study, we intend to investigate how these changes may have impacted your well-being and health.

 

The results are relevant to your university because it can feedback information on how to organize potential future lockdowns. Because this survey is conducted in multiple countries, we will also be able to access the impact of national policy on well-being in the student population.

 

Does this study entail risks?

Participation in this study does not put you at any risk, and you can stop filling out the survey at any moment in time. We will, however, ask you a couple of questions about sensitive topics, such as your well-being and substance use. If you would like to talk to someone about this or would like more information, this information is provided to you at the beginning and the end of the online survey.

How is my data protected, and what will be done with my data?

This study obtained clearance by the ethical committee of your institution. Your identity and participation in this study will be treated strictly confidential. We will not be able to identify you in any of the files, results, or publications that result from this study. We do not collect TC/IP addresses, and we do not install cookies on your computer. The anonymized data may be shared with the international research partners who collaborate in this research project, but only after these partners also obtained ethical clearance for this study from their own university.

 

When will the results of this study be made available, and where can I find these results?

The results of this study will be published in (inter)national scientific journals and will be presented at (inter)national conferences. We will also publish summaries of these results on this website.

Output

Van de Velde, S., Buffel, V. Wouters, E., Van Hal, G. Bracke, P., Colman, G. (2020) COVID-19 International Student Well-being Study. First Belgian Results. https://zenodo.org/record/3873558

Super, S.; Van Disseldorp, L. (2020) Covid-19 International Student Well-being Study (C19 ISWS) - Data from Wageningen University & Research
https://zenodo.org/record/3906209#.XvM81W5uJpx

Stathopoulou, T.; Mouriki, A.; Papaliou O.; (2020) STUDENT WELL-BEING DURING THE COVID-19 PANDEMIC IN GREECE. RESULTS FROM THE C19 ISWS SURVEY. - https://zenodo.org/record/4038321#.X2ukPWgzY2w

Kappe, F.R.; Knuiman, C.; Woelders, L.; Adrichem, L.; (2020) Student life in time of corona. Posters presented by the Study Success Research Group. https://zenodo.org/record/3944727#.X2uk5WgzY2w

 

Methods

Translation Protocol

The International COVID-19 Student Well-Being Study strives to achieve a principle of equivalence concerning its translations. The core questionnaire is translated through a committee approach. The committee approach implies that a team of a minimum of two translators works together:

  • They translate the instrument independently
  • They meet to review and refine the initial translation(s)
  • They present the translations at a meeting where one or more additional persons can adjudicate disagreements. This latter step is preferred, but in the case a third person cannot be present, the two translators come to an agreement concerning the translation among themselves.

Before the Partners distribute the survey among students, please first pre-test the survey on at least two people. This allows testing whether the survey instrument works as intended from a technical point of view, e.g., in terms of routing techniques, and measuring the interview length.

Sample

An online survey will be used to collect data among the student population in order to answer our research questions. The partner is asked to collect data within his/her own institution. IStudents at the Bachelor, Master's, and PhD level may be included. International/exchange students can be included in the sample as well. Sampling participants through the internet is preferred, as it allows people to participate anonymously and with little effort. In addition, it is currently one of the only possible methods of data collection in times of quarantine.

Sample size: We intend to sample at least 10% of the student population of each participating institution.

Media coverage

De Standaard (June 2nd, 2020). Het studentenleven: Minder alcohol, meer zorgen. https://www.standaard.be/cnt/dmf20200601_04977591 

Üsküdar Üniversitesi (June 1, 2020) COVID-19 Uluslararası Öğrenci İyilik Halini Araştırıyoruz! https://uskudar.edu.tr/tr/icerik/5283/covid-19-uluslararasi-ogrenci-iyilik-halini-arastiriyoruz

VAD (Vlaams expertisecentrum Alcohol en andere Drugs) (June 4, 2020) Alcoholgebruik in Vlaanderen tijdens de lockdown, Nieuwsbrief onderzoek 2020 - nr. 7 https://mailchi.mp/78dabc82d934/vad-nieuwsbrief-onderzoek-2019-nr-4048105?e=2dd1d5a201

 

 

Partners

Principal Investigators: Prof. Sarah Van de Velde, Prof. Edwin Wouters, Dr. Veerle Buffel

Collaborating investigators: Prof. Piet Bracke (UGent), Prof. Guido Van Hal, Barbara Willems (UGent), and Nikolett Somogyi

Research consortium (prelimenary):

Belgium: University of Antwerp, Ghent University, Vives Hogeschool, AP Hogeschool, Vlaamse vereniging voor studenten, UHasselt, UCLL, Université de Liège, Thomas More, Luca School of Arts, VUB, Erasmus Hogeschool Brussel

Canada: Université du Québec à Chicoutimi, McGill University in Montreal

Switzerland: University of Fribourg, University of Geneva, Bern University of Applied Sciences 

Cyprus: University of Cyprus

Czech Rep: Charles University, Czech Academy of Sciences, Prague (AVCR)

Germany: Charité - Universitätsmedizin Berlin, University of Hamburg, University of Duesseldorf, Martin Luther University Halle-Wittenberg, USiegen, University of Bremen 

Denmark: University of Copenhagen, Unversity of Southern Denmark

Spain: Universidad Pablo de Olavide, Sevilla, Universidad de Lleida y Universidad de Murcia

Finland: University of Helsinki, Finnish Research Foundation for Studies and Education (OTUS), University of Eastern Finland

France: CHU de Rouen Normandie UFR

Greece: National Centre for Social Research (EKKE)

Hungary: University of Szeged, University of Debrecen, and Corvinus University of Budapest, University of Miskolc

Israel: 

Italy: Università degli Studi di Torino

Iceland: University of Iceland

The Netherlands: University of Amsterdam, Radbout Universiteit Nijmegem, Wageningen Universiteit, Amsterdam University of the Arts, Universiteit Maastricht, Amsterdam University of Applied Sciences (Hogeschool van Amsterdam)

Norway: Norwegian University of Science and Technology (Trondheim), Oslo Metropolitan University

Poland: Jagiellonian University

Portugal: Health Sciences Research Unit / Nursing School of Coimbra, Universidade de Lisboa (ICS-ULisboa), 

Romania: Iuliu Haţieganu University of Medicine and Pharmacy

Russia: Institute for comparative social research (CESSI)

Sweden: Uppsala University

Slovakia: Pavol Jozef Safarik University in Kosice (UPJS), 

Turkey: Marmara university, Koc University, Üsküdar University, Bahcesehir University, Maltepe University, Ahi Evran University, Çankırı Karatekin University, Çankaya University, Middle East Technical University, Istanbul University, Ankara University, Canakkale Onsekiz Mart University

UK: Birmingham City University 

USA: Fairleigh Dickinson University

 

Information translated to French

Informations supplémentaires à mettre sur le site web de VISAJ – au sujet de l’étude COVID international

 

International COVID-19 Student Well-being Study

Étude internationale sur le bien-être des étudiants en temps de COVID-19

 

*For an English version of this document, please visit: https://www.uantwerpen.be/en/research-groups/centre-population-family-health/research2/covid-19-internation/

 

Informations générales

Cette étude collecte des données au sujet du bien-être des étudiants durant la pandémie de COVID-19. Les données sont collectées dans 27 pays européens et nord-américains, en plus de l’Afrique du Sud. Pour obtenir des informations supplémentaires au sujet de l’étude, vous pouvez contacter les chercheures principales du projet international : Sarah Van de Velde sarah.vandevelde@uantwerpen.be ou Veerle Buffel veerle.buffel@uantwerpen.be  professeures à l’Université d’Anvers.

 

Au Québec, chaque établissement participant est représenté par un chercheur principal :

 

Cégep de Jonquière 

Marie-Ève Blackburn, chercheure à ÉCOBES-Recherche et transfert

Marie-EveBlackburn@cegepjonquiere.ca

Université du Québec à Chicoutimi

Marie-Christine Brault, professeure agrégée au département des sciences humaines et sociales

mcbrault@uqac.ca

Université Laval

Charles Fleury, professeur agrégé au département des relations industrielles

charles.fleury@rlt.ulaval.ca

Université McGill

Amélie Quesnel-Vallée, professeure aux départements de sociologie et d’épidémiologie, de biostatistiques et de santé au travail

amelie.quesnelvallee@mcgill.ca

 

Protocole de recherche

La pandémie de COVID-19 a eu un impact significatif sur la santé et le bien-être de la population en général dans tous les pays touchés par la pandémie. Les nations et les systèmes de santé nationaux diffèrent néanmoins de manière significative dans leurs réponses à cette pandémie de COVID-19, au niveau (1) des types de mesures de protection qui ont été mises en œuvre, (2) de la vitesse à laquelle ces mesures ont été mises en œuvre, et (3) de la manière dont la population en général a été informée de ces mesures et / ou sanctionnée en cas de non-respect de ces mesures de protection. Nous savons par la recherche sur les épidémies passées (par exemple, l'épidémie de SRAS) que l'impact sanitaire et social d'une telle épidémie est grave dans la population en général (Brooks et al., 2020).

 

Dans la présente étude, nous avons l'intention de nous concentrer sur l'impact de l'épidémie de COVID-19 sur la population étudiante en enseignement supérieur. À notre grande surprise, seule une poignée d'études a examiné l'impact des épidémies précédentes sur cette sous-population (Wong, Gao et Tam, 2007). Il est néanmoins utile de se concentrer sur cette sous-population, car elle vit les impacts de manière particulière, en étant confrontée à des mesures de niveau universitaire en plus des mesures nationales générales (distanciation sociale, verrouillage, etc.). Par exemple, en Belgique, plusieurs mesures ont été mises en œuvre au niveau des établissements d'enseignement supérieur. Premièrement, la pandémie de COVID-19 a entraîné des changements rapides dans les méthodes d'enseignement: les cours ne sont plus enseignés en présentiel mais sont principalement offerts en ligne, les réunions en face à face entre les enseignants et les étudiants se déroulent principalement en ligne également, et de nombreuses autres des mesures ont été mises en œuvre pour garantir l'éloignement social (par exemple, annulation de stage, interdiction des entretiens qualitatifs en face à face, etc.). De plus, de nombreux étudiants sont rentrés chez eux en raison des restrictions sociales ou vivent actuellement isolés dans leur résidence étudiante. La plupart des étudiants n'avaient pas le droit d'exercer un emploi étudiant rémunéré. En plus de cela, les étudiants ont traversé des périodes d'incertitude, car les mesures prises par leur établissement d'enseignement supérieur ont été mises en œuvre étape par étape (par exemple, comment les examens seront organisés, comment les stages sont finalisés, etc.).

 

Objectifs de recherche

L'équipe de recherche actuelle émet l'hypothèse que les mesures nationales et institutionnelles ont un impact significatif sur le bien-être des étudiants universitaires et collégiaux. Conformément au modèle du stress social (Pearlin, 1989), ainsi qu'au cadre de l'étude «l'impact psychologique d'une quarantaine», récemment publiée dans The Lancet (Brooks et al., 2020), la présente étude vise à identifier le lien entre l'épidémie de COVID-19 et le bien-être des étudiants. Cet objectif général de recherche se traduit par les objectifs de recherche suivants:

 

OR 1: Évaluer comment (1) les conditions de vie (physiques et socioéconomiques) et (2) la charge de travail des étudiants universitaires/collégiaux ont changé durant la pandémie de COVID-19.

 

OR 2: Évaluer comment les changements associés à (1) et (2) sont associées aux niveaux de (3) stress chez les étudiants universitaires/collégiaux durant la pandémie de COVID-19.

 

OR 3: Évaluer comment les changements associés à (1), (2), et (3) sont en lien avec le bien-être, la santé mentale et la santé physique des étudiants universitaires/collégiaux durant la pandémie de COVID-19.

 

OR 4: Évaluer comment les associations décrites en RO3 sont médiées par les stresseurs (peur de l’infection, ennui, frustration, manque d’information, etc.), le soutien social et les connaissances au sujet du COVID-19.

 

OR5: Évaluer la variation du bien-être et de la santé mentale chez les étudiants universitaires/collégiaux entre chacun des établissements postsecondaires et des pays participants.

 

OR6:  Évaluer comment les variations inter-établissements postsecondaires et inter-pays sur le niveau de bien-être et la santé mentale des étudiants universitaires/collégiaux peuvent dépendre des divers (a) niveaux postsecondaires et (2) le contexte et les politiques nationales liées au COVID-19.

 

Qui peut participer?

Vous pouvez participer au sondage Web, si …

Vous êtes un étudiant universitaire ou collégial

Vous êtes âgés de 18 ans ou plus.

 

Quel est le sujet de l’étude ?

Ce sondage comprend des questions sur les changements dans vos conditions de vie, votre santé et votre bien-être suite à la pandémie de COVID-19

 

Pourquoi suis-je invitée à participer à cette étude ?

Par cette étude, nous voulons évaluer comment la pandémie de COVID-19 a eu un impact sur votre bien-être en tant qu’étudiant à l’université et au collège.

 

Combien de temps faut-il pour compléter le questionnaire?

La plupart des étudiant.es ont besoin d'environ 10 minutes pour remplir le questionnaire. Cependant, vous pouvez vous arrêter à tout moment et votre participation est entièrement volontaire. Si vous quittez la page du sondage, vous ne pourrez plus avoir accès à vos données.

 

Pour quelles raisons participerais-je à cette étude?

La crise du COVID-19 a un énorme impact sur la vie universitaire et collégiale. De nombreux étudiant.es pourraient ressentir du stress à cause du COVID-19. La crise a peut-être aussi un impact important sur votre vie (sur l'endroit où vous vivez, sur qui vous pouvez rencontrer concrètement, comment vous pouvez gagner de l'argent, etc.). Cette étude investigue comment ces changements ont pu affecter votre bien-être et votre santé.

 

Les résultats seront utiles pour votre université/collège, car ils pourront lui fournir des informations sur comment organiser de futurs potentiels confinements. Cette étude étant conduite dans de nombreux pays, nous pourrons aussi évaluer les effets des politiques locales/nationales sur le bien-être et la santé de la population étudiante.

 

Quels sont les risques associés à votre participation à cette étude ?

La participation à cette enquête ne comprend pas de risque, et vous pouvez mettre un terme à votre participation à tout moment. Nous vous poserons quelques questions sur des sujets sensibles, comme par exemple votre bien-être et l'utilisation de drogues. Si vous souhaitez parler de ceci avec quelqu'un ou souhaitez plus d'informations, nous vous fournissons des liens vers des ressources en début et en fin de sondage.

 

Comment mes données seront-elles protégées et utilisées?

Le projet a obtenu la certification éthique de chacun des établissements participants. Les informations collectées sont anonymes et ne permettront pas de vous identifier. Nous ne collectons pas les adresses TC/IP et toutes les données issues de la recherche seront conservées sur des serveurs sécurisés. Les données anonymes pourront être partagées avec les partenaires internationaux qui sont impliqués dans cette recherche. L’ensemble de données sera conservé pour la période prévue de cinq ans après la fin du projet. Après la fin de l’étude, toute la documentation pertinente sera conservée conformément à la législation locale et devrait être conservée pendant une période maximale de 10 ans après la fin de l’étude.

 

Quand les résultats de l’étude seront-ils disponibles et où pourrais-je avoir de l’information au sujet des résultats?

 

Les résultats de cette étude seront publiés dans des journaux scientifiques inter(nationaux) et seront présentés lors de congrès scientifiques (inter)nationaux. Un résumé des résultats sera aussi disponible sur le site web de l’étude internationale :

https://www.uantwerpen.be/en/research-groups/centre-population-family-health/research2/covid-19-internation/

 

Collecte de données

La collecte de données s’échelonne entre le 27 avril et le 27 mai 2020 dans les pays participants.

 

Méthodologie

Protocole de Traduction

L'étude internationale COVID-19 sur le bien-être des étudiants s'efforce de parvenir à un principe d'équivalence concernant ses traductions. Le questionnaire de base est traduit par une approche de comité. L'approche du comité implique qu'une équipe d'au moins deux traducteurs travaille ensemble:

 

Ils traduisent l'instrument de manière indépendante.

Ils se réunissent ensuite pour revoir et affiner la ou les traductions initiales.

Ils présentent les traductions lors d'une réunion où une ou plusieurs personnes supplémentaires peuvent statuer sur les désaccords. Cette dernière étape est préférée, mais dans le cas où une troisième personne ne peut être présente, les deux traducteurs se mettent d'accord sur la traduction entre eux.

Avant que les partenaires distribuent le sondage aux étudiants, le sondage aura été testé au préalable sur au moins deux personnes. Cela permet de vérifier si l'instrument d'enquête fonctionne comme prévu d'un point de vue technique, par exemple en termes de techniques de routage et de mesurer la durée de l'entretien.

 

Échantillon

Un sondage en ligne sera utilisé pour recueillir des données auprès de la population étudiante afin de répondre à nos questions de recherche. Chaque chercheur-partenaire est invité à collecter des données au sein de sa propre institution. Les étudiants collégiaux et universitaires (tous les cycles) peuvent être inclus. Les étudiants internationaux / en échange peuvent également être inclus dans l'échantillon. L'échantillonnage des participants via Internet est préférable, car il permet aux gens de participer de manière anonyme et sans effort. De plus, c'est actuellement l'une des seules méthodes possibles de collecte de données en période de quarantaine.

 

Taille de l’échantillon: nous prévoyons un échantillon d’au moins 10% de la population étudante de chacun des établissements participants.

 

Établissements partenaires

Pour une liste complète des partenaires du projet, voir sur le site web de l’étude internationale

https://www.uantwerpen.be/en/research-groups/centre-population-family-health/research2/covid-19-internation/